Numéros d’écrou

« Le temps viendra, dans un avenir lointain, où les prisons et les asiles n’auront plus de raison d’être » A.Tchekhov, Salle n°6

L’histoire vraie d’un atelier-théâtre mixte en prison, des femmes et des hommes. L’avancée, les progrès, les pages qu’ils tournent, des départs, des arrivées, la vie quotidienne carcérale. Les conflits, les peurs, l’injustice, l’incroyable liberté, la légèreté, l’humour irrésistible.

Depuis une dizaine d’années Valérie Durin tente de conjuguer théâtre et prison. Au début, seuls les hommes du centre de détention participent à l’atelier. Au bout de la sixième année, les femmes les rejoignent. L’aventure prend une autre dimension, la mixité fait éclater les cadres mis en place. Il ne s’agit plus seulement de briser les spirales d’échec, de réveiller les esprits, de dépasser les mésestimes ou le désespoir, mais de vivre et d’aimer. Ensemble ils osent éclater de rire, parler d’amour, de l’abandon, des regrets. Avec pudeur et sincérité.

En pratiquant le théâtre, ces femmes et ces hommes s’exposent au regard de l’autre, de tous les autres. De séance en séance, entre les murs de la prison, ils réinventent la vie, la faisant jaillir à nouveau, plus forte, plus dangereuse peut-être…

Ce projet s’est imposé comme une nécessité pour Valérie Durin. « En détention, je découvre l’inverse de ce que j’imaginais :  un milieu toujours en mouvement et en instabilité, là où j’attendais l’immobilité et l’attente. Des personnes calmes, souriantes, patientes, ennuyeuses ou ennuyées, là où je prévoyais l’agressivité. Des gens en soif de savoir, de comprendre, de connaître, avec l’urgence de partager, de débattre là où je pensais ne trouver que résignation, obscurité et repli sur soi. »

Ecrire pour le théâtre, Valérie Durin le fait depuis 20 ans souvent pour deux, trois ou quatre comédiens au maximum. Contraintes économiques obligent. Pour transmettre cette formidable énergie, cette urgence de vie, elle s’entoure de quinze comédiens amateurs, pour lesquels elle imagine un rôle sur mesure, au plus près de la réalité qu’elle a connue. Le texte est écrit pour être dit par ces personnes en particulier. Les comédiens libres vont incarner les comédiens emprisonnés.

Chaque personnage est une construction. S’engager dans cette aventure théâtrale inédite, c’est aussi pour ces quinze comédiens amateurs, accepter d’affronter de nouveaux défis, travailler avec un auteur vivant sur un texte en mouvement, adopter son personnage, s’adapter à une autre façon de partager le théâtre.

Avec Vincent Dano, Clotilde Vuillemin, Nadia Latreche, Marie-Bé Vullien, Olivier Bourgeois, Agnès Erzétic, Didier Debreuve, Sandrine Boirel, Guillaume Marcel, Claudine Créac’h, Alexandre Riccitelli, Stéphane Millot, Pascal Albert-Munoz, Brigitte Sapin et Frédéric Doly.

Texte et mise en scène Valérie Durin

Lumière et son Pablo Roy

Cette création par Les Prétendants compagnie a été soutenue par le Ministère de la Culture et de la Communication, le conseil départemental de l’Yonne et le Skenet°Eau, espace culturel de Monéteau.

  • mardi 27 mars 2018 à 19h à l’Auditorium du Conservatoire d’Auxerre
  • samedi 14 avril 2018 à 16h et 20h30 au Théâtre de l’Epée de Bois – Cartoucherie – Paris